Les barèmes d’évaluation forfaitaire du prix de revient kilométrique applicables aux automobiles et aux deux-roues motorisés ont été publiées dans le Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts du 24 février 2017.

Cela concerne les dépenses relatives à l’utilisation d’une automobile, d’un vélomoteur, d’un scooter ou d’une moto qui peuvent être évaluées par l’application d’un barème kilométrique fixé par arrêté du ministre chargé du budget.

Pour l’imposition des revenus de l’année 2016, le barème forfaitaire permettant l’évaluation des frais de déplacement relatifs à l’utilisation d’un véhicule par les bénéficiaires de traitements et salaires optant pour le régime des frais réels déductibles et codifié à l’article 6 B de l’annexe IV au code général des impôts (CGI) est identique à celui prévu pour l’année 2015 par l’arrêté du 26 février 2015.

Les indemnités kilométriques

Les salariés qui utilisent leur véhicule personnel lors de leurs déplacements professionnels peuvent faire l’objet d’un remboursement forfaitaire selon un barème kilométrique fixé par l’administration fiscale.

En 2016, les salariés contribuables qui optent pour la déduction des frais réels à l’impôt sur le revenu et déclarent leurs frais de véhicule restent plafonnés à une puissance fiscale de 7 CV.

Les frais kilométriques compensent l’ensemble des frais de dépréciation du véhicule, les frais de réparation et d’entretien, les dépenses de pneumatiques, la consommation de carburant et les primes d’assurances automobile.

L’arrêté du 26 février 2015 fixe le barème forfaitaire permettant l’évaluation des frais de déplacement relatifs à l’utilisation d’un véhicule par les bénéficiaires de traitements et salaires optant pour le régime des frais réels déductibles.

Le barème applicable aux automobiles

Frais 2016 - automobile

Exemples :

- pour 6 000 km parcourus à titre professionnel avec un véhicule de 5 CV : le contribuable peut faire état d’un montant de frais réels égal à : (6000 km x 0,305) + 1 188 = 3 018 €

- pour 4 000 km parcourus à titre professionnel avec un véhicule de 6 CV: le contribuable peut faire état d’un montant de frais réels égal à : 4000 km x 0,568 = 2 272 €

- Pour 22 000 km parcourus à titre professionnel avec un véhicule de 7 CV : le contribuable peut faire état d’un montant de frais réels égal à : 22 000 km x 0,401 = 8 822 €

Le barème applicable aux cyclomoteurs, vélomoteurs, scooters, motocyclettes de puissance de plus de 50 cm3

frais 2016 -moto

Exemples :

- pour un parcours de 2 000 km à titre professionnel avec une moto dont la puissance administrative est de 5 CV, la déduction sera de : 2 000 x 0,4 = 800 €

- pour un parcours de 5 000 km effectué à titre professionnel avec un scooter dont la puissance est de 2 CV, la déduction sera de : (5 000 x 0,084) + 760 = 1 180 €

- pour un parcours de 6 100 km effectué à titre professionnel avec une moto dont la puissance est supérieure à 5 CV, la déduction sera de : 6 100 x 0,292 = 1 781,20 €

Le barème applicable aux cyclomoteurs, vélomoteurs, scooters, motocyclettes de puissance jusqu’à 50 cm3

frais 2016 - cyclomoteur

Exemples :

- un contribuable ayant parcouru 1 800 km à titre professionnel, avec un vélomoteur dont la cylindrée est inférieure à 50 cm3, peut obtenir la déduction de : 1 800 x 0,269 = 484,20 €

- pour un parcours professionnel de 5 100 km effectué avec un scooter dont la cylindrée est inférieure à 50 cm3, le montant de la déduction est de : 5 100 x 0,146 = 744,6 €

Pour aller plus loin

Lire l’article sur : Infractions routières avec un véhicule professionnel – La Loi de modernisation de la justice du XXI ème siècle oblige l’employeur à dénoncer l’identité des salariés ayant commis des infractions

Lire l’article sur : Aide juridictionnelle 2017 totale ou partielle – Une circulaire du 13 janvier 2017 fixe les montants des plafonds de ressources pour en bénéficier

Lire l’article sur : Frais juridique du CHSCT – Les honoraires d’avocat dans le cadre d’un litige sur une expertise doivent être supportés par l’employeur

Lire l’article sur : Infractions routières au travail – Le Décret 2016-1955 du 28 décembre 2016 fixe la liste des infractions concernées par les appareils de contrôle automatique

Lire l’article sur : le temps de travail des salariés du secteur privé – durée légale et maximum – temps de repos et de pause – le forfait jour – les ponts – le cumul d’emploi

Lire l’article sur : le SMIC – salaire minimum de croissance – pour les salariés du secteur privé et les agents de la fonction publique

© La rédaction – Infosdroits